SIDA : Une nouvelle conférence pour barrer la route à la pandémie

La 19e conférence internationale sur le sida a ouvert ses portes dimanche 22 juillet à Washington. Au total plus de 25 000 participants venus de 190 pays échangent pendant 5 jours sur la meilleure riposte au VIH qui a fait 30 millions de morts en 30 ans.

C’est la première fois depuis 22 ans que ce grand rendez-vous sur le sida, tenu tous les 2 ans, a lieu aux Etats-Unis : pays qui avait tout simplement interdit en 1990 l’entrée des séropositifs ( mesure levée en 2009 par le président Barack Obama).

Comment allonger l’espérance de vie des malades

Les tabous restent importants autour du VIH (virus de l’immunodéficience humaine), notamment en Afrique. En Zambie, par exemple, l’Organisation mondiale de la santé estime que seuls 14% de la population âgée de 15 à 49 ans sont sûrs de leur statut sérologique, les 86% restants ne font pas le test de dépistage et ne savent donc pas s’ils sont porteurs ou non de cette maladie.

Les seuls médicaments, pour l’instant, qui ne permettent certes pas de guérir mais au moins d’allonger l’espérance de vie des malades, ce sont les antirétroviraux. Mais le manque de ressources pour étendre l’accès aux antirétroviraux reste une préoccupation majeure des responsables sanitaires dans un contexte de contraintes budgétaires marqué par une crise financière mondiale. La conférence de Washington est donc l’occasion d’une mobilisation plus forte, surtout des politiques pour élargir l’accès aux traitements mais aussi pour poursuivre la recherche sur le VIH.

En Afrique, le sida est une menace pour le monde rural

Sur les 36 millions de personnes infectées par le VIH/SIDA, une écrasante majorité (95%) vit dans les pays en développement, notamment en Afrique. Et dans ces pays, le sida est en train de devenir une menace plus grave dans les zones rurales que dans les villes. Dans l’absolu il y a plus de ruraux que d’urbains infectés par le virus. L’épidémie se propage à un rythme alarmant jusque dans les villages les plus reculés, réduisant la production vivrière et menaçant la survie des communautés rurales.

Des résultats encourageants malgré tout

De manière logique, la mortalité liée au sida a largement reculé au cours des dernières années. Certes, le virus a encore tué 1,7 million de malades l’an passé. Mais selon les derniers chiffres publiés, le nombre de décès est en recul de 24% par rapport à l’année 2005 et même de 31% en Afrique subsaharienne. C’est en s’appuyant sur ces bonnes nouvelles que les participants à la conférence de Washington veulent convaincre les bailleurs de fonds et décideurs politiques sur la nécessité d’accroître les financements pour une riposte plus efficace à la pandémie du siècle. Les Etats-Unis s’y sont engagés dès l’ouverture de la conférence vendredi en annonçant par la voix de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton une enveloppe de 150 millions de dollars. Même si l’absence du chef de la Maison Blanche reflète aux yeux des organisations de lutte contre le sida « le tiède engagement » de l’administration Obama dans le combat contre l’épidémie.

Mamadou Hady Nadhel Diallo

Publicités

Commentaires fermés sur SIDA : Une nouvelle conférence pour barrer la route à la pandémie

Classé dans International, Société

Les commentaires sont fermés.