La MDJ au musée du quai Branly, à Paris

Plusieurs associations, parmi lesquelles la Maison des Journalistes (MDJ), ont été reçues par le musée du quai Branly, lundi 2 juillet. Au menu de cette journée : une visite guidée dans les collections permanentes, un pique-nique et aussi un concert animé par un groupe afro-caribéen.

Véritable cité culturelle, le musée du quai Branly (Paris 7ème) a mis en place, dès son ouverture, une politique active pour favoriser l’accès de tous à la culture. Objectif : proposer une programmation culturelle riche et ouverte au monde. « L’idée, m’explique Véronique, guide et conférencière pour notre groupe, c’est de s’adresser à un public peu familier des lieux culturels ».

Nous avons débuté par une visite privée de l’exposition Les Maîtres du Désordre. « C’est ici que dialoguent les cultures », commente Véronique, qui nous conduit devant un masque venu de Tombouctou dans le désert malien (nord de l’Afrique). Pendant près d’une heure, mes amis de la MDJ et moi, nous avons écouté cette jeune femme très inspirée nous dévoiler les perles et les masques exposés dans le musée.

Porte ouverte

Cette journée est une porte ouverte à la diversité, à des gens comme moi qui sans doute ne viendraient pas d’eux-mêmes acheter un billet d’entrée pour satisfaire leur curiosité. Cette idée est partagée par notre groupe. Nous étions tous contents de voyager, de parcourir des siècles en arrière bref de visiter le passé à travers ces pièces qui donnent l’impression d’être encore habitées par des esprits. « C’est vraiment le désordre ici », dis-je. « Tout-à-fait », répond notre guide. Les œuvres d’art sont exposées dans des vitres soutenues par des barres de fer en forme de toile d’araignée.

Le clou de la visite est le concert donné par les musiciens du groupe afro-caribéen Faratouba dans la salle des fêtes du musée. Faratouba c’est une « sauce » unique et originale, un mélange de sonorité en français, anglais, créole, bambara et malinké. Ce groupe a su chauffer la salle avec la voix sublime de la guinéenne Aminata Camara (ancienne musicienne et directrice artistique de l’ensemble instrumental national de Guinée). Pour moi ce fut tout simplement un voyage unique entre tradition et modernité, un retour au pays natal.

Mamadou Hady Nadhel Diallo

Publicités

Commentaires fermés sur La MDJ au musée du quai Branly, à Paris

Classé dans Culture, France

Les commentaires sont fermés.