Les Roms : une minorité mal aimée en Europe

Avec les Manouches, les Gitans, les gens du voyage et les Tsiganes, les Roms constituent une population mal aimée et maltraitée en Europe. Et particulièrement en France où, durant la campagne pour la présidentielle, Nicolas Sarkozy en avait fait une de ces cibles. Au point que la France, à la suite des expulsions de juillet 2010, avait été condamnée par le conseil de l’Europe.

En réalité, l’amalgame fait entre ces différentes catégories n’aide ni à leur compréhension, ni à l’estimation de leur nombre, ni à l’écriture de leur histoire.

Ils seraient quelque 4 millions sur le continent européen répartis par ordre d’importance en Espagne, Roumanie, France, Turquie, Bulgarie, Hongrie, Grèce, Russie, Serbie, Royaume-Uni et Allemagne. Originaires d’Inde qu’ils ont quittée en 1018, les Roms sont donc installés en Europe depuis plus de dix siècles ; néanmoins cette minorité subit encore les problèmes d’intégration au sein de l’Union Européenne (EU) et une discrimination exacerbée. Ils sont souvent l’objet d’un phénomène de rejet et sont rendus responsables de la situation dont ils sont victimes. lls sont considérés comme des marginaux posant des problèmes sociaux.

Méfiance

Les racines de cette crispation s’inscrivent dans l’histoire des mentalités européennes, et d’un long processus politique hostile à cette minorité. Considérés comme des intrus, les Roms suscitent encore de nos jours, méfiance, peur, et rejet. Au fil de l’Histoire, ils ont subi diverses politiques d’exclusion, à commencer par le bannissement (disparition géographique) ou les disparitions physiques sous le régime nazi, sans compter les déportations et même l’esclavage.

Dans la plupart des pays où ils vivent, ils restent indésirables, et les reconduites à la frontière se multiplient. Pourtant, le conseil de l’Europe fixe un cadre de respect des minorités, comme la Convention –cadre pour la protection des minorités nationales, ainsi des espaces sont ouverts dans le domaine de l’éducation, du développement des langues, présences radiophoniques et télévisuelles.

Pour les Roms, c’est cette phrase de Montaigne qui devrait guider la politique des états : « Chaque homme porte en lui la forme entière de l’humaine condition »

Mohamed Cherif Bouhouia

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans France, International, Société

Les commentaires sont fermés.