Nord-Est : l’humanité dans toutes ses contradictions

La première est Russe, mère de famille aimante et dévouée. La deuxième est Tchétchène, jeune femme déboussolée prête à mourir pour sa foi. La troisième enfin est Lettone, infirmière au caractère de feu. Leur point commun : la prise d’otages dans un théâtre à Moscou en octobre 2002.

D’un travail documentaire rigoureux, l’écrivain fait jaillir une pièce d’une grande force poétique : Nord-Est actuellement présentée au Théatre du Lucernaire.

Trois monologues solitaires, trois voix indépendantes

Nord-Est évoque les raisons qui conduisent à la violence, tout en montrant le caractère profondément injuste de l’acte terroriste, traité ici sur un pied d’égalité avec la violence d’Etat. Au plus près de la chair de ces femmes blessées, la plume de Torsten Buchsteiner saisit l’humanité dans toutes ses contradictions et livre une pièce lucide, sensible et nuancée où la poésie tutoie le réalisme. Le lieu de l’action est le lieu du crime est un théâtre. Celui dans lequel le metteur en scène, Andreas Westphalen, a présenté sa pièce : la salle de théâtre du Lucernaire.

Nord-Est est une pièce dans laquelle les sentiments des femmes sont travaillés avec assez de justesse. Où Zura la Tchéchène décide d’arrêter de se battre et mourir par fanatisme, pour les choses abstraites : elle choisit la vie .Mais est-ce que ce n’était pas trop tard pour sauver des centaines de personnes de la mort et des dizaines de femmes du veuvage comme Olga, qui étaient venu pour voir une comédie musicale avec happy end ?

Est-ce que cela ne va pas laisser les « Olga » dans le choix entre la haine et la pitié pour les veuves « Zura » ? Cette question est au cœur du spectacle.

Pour trouver les réponses à ces questions, vous pouvez aller jusqu’au 22 avril 2012 au théâtre Lucernaire, 53 rue Notre Dames des Champs 75006 Paris.

Ulker Suleymanova

 

 

Il y quelques jours au Théâtre Le Lucernaire, une rencontre a été organisée avec l’auteur de la pièce Nord-Est. Après avoir vu cette pièce, nous nous sommes retrouvés dans un débat avec l’auteur, Torsten Buchsteiner – traducteur Pascal Paul-Harang et le metteur en scène Andreas Westphalen

Première question spontanée d’un spectateur : « Quel est votre objectif aujourd’hui en plaçant le public otage ? »

Réponse d’Andréas Westphalen : que les spectateurs puissent vivre vraiment la situation. En suite Torsten Buchsteiner ajoute : Dans le monde actuel, qui peut nous donner des garanties que nous ne serons pas pris dans la même situation en tant que spectateurs à Paris, à Berlin, à New-York ?

Cette pièce, nous a-t-on expliqué, n’a été du goût de quelques Russes qui l’ont découverte. Enervés qu’elle ait été produite par un écrivain Allemand. Avec humour, Torsten Buchsteiner s’est demandé si, s’il écrivait une autre œuvre sur les attentats du 11 Septembre, il n’affronterait pas aussi des Américains irrités…

Présentée la première fois en Russie, à Omsk en janvier 2011, la pièce a été censurée par le Kremlin dès sa deuxième représentation.

Publicités

Commentaires fermés sur Nord-Est : l’humanité dans toutes ses contradictions

Classé dans Culture, France, International, Société

Les commentaires sont fermés.