Rentrée littéraire : qui aura le prix Goncourt 2011 ?

Entre Sorj CHALANDON « Retour à Killybegs », Alexis JENNI « l’Art français de la guerre », David FOENKINOS « Les Souvenirs », Ali MAGOUDI « Un Sujet français » ou encore Delphine De Vigan, dans « Rien ne s’oppose à la nuit », les avis se convergent vers le roman de De Vigan qui est déjà vendu à 150000 exemplaires et, connait, selon des sources proches de l’Académie Goncourt une bonne préfiguration au sein des académiciens.

La FNAC lui a déjà décerné son prix consacré au meilleur roman de l’année.Après les Heures Souterraines, qui raconte la triste histoire d’une femme veuve et mère de deux enfants qui se fait harcelée au travail, Delphine De Vigan réussit un autre exploit qui, visiblement, plait beaucoup aux adeptes des livres et de la littérature, c’est son dernier roman intitulée Rien ne s’oppose à la nuit ; avec lequel elle concourt pour plusieurs prix littéraires, notamment le prix Goncourt, considéré comme étant la sommité ou le prix « Nobel « de la littéraire française.

En outre, les académiciens auront du mal à départager De Vigan de Alexis JENNI qui a, d’emblée eu le soutien de Bernard PIVOT et de Patrick RAMBAUD qui, selon les comptes rendus de la presse, ont déjà choisi leur coup de cœur pour la rentrée littéraire 2011 /2012.

Alexis JENNI dans l’Art français de la guerre a suscité émerveillement et critiques. Son auteur qui synthétise dans un livre fleuve de plus de six cent pages, cinquante ans d’histoire, tout en passant en revue le passé historique de la France, en rendant également un vibrant hommage à bon nombre de symboles de la République française, entre autres le Général De Gaulles.

Il a commencé à décortiquer dans un style remarquable, le comportement et la position de la France durant la deuxième guerre mondiale, puis l’Indochine, ensuite l’Algérie et enfin durant lesdernières émeutes qu’ont connu les banlieues françaises. Ce que déplait à bon nombre de lecteurs c’est quand il compare les policiers d’aujourd’hui aux parachutistes de l’armée lors de la guerre d’Algérie

Il s’est également mis en position de défenseur de la langue de Molière et des valeurs de la France. En clair un roman riche en histoire et surtout intéressant à lire.

Quant au roman de De Vigan, l’auteure raconte la biographie de sa maman qui, à un moment de la vie, sombre dans la solitude et la dépression.

Elle narre dans un style propre à elle, les souffrances et les joies de cette mère, qui a vu des vertes et des pas mûres, depuis son enfance, qui commence dans les années clinquantes, jusqu’à l’année où elle tire sa révérence, en 2008.

Son œuvre s’inscrit également dans la catégorie des romans autobiographiques puisque, la romancière apparait, tantôt personnage du livre, tantôt narratrice.

Tout porte à croire que les deux principaux œuvres littéraires qui ont marqué la rentrée sont bel et bien ceux d’Alexis JENNI et de Delphine De Vigan.

Pour l’heure, attendons pour voir qui parmi ces deux favoris aurait les honneurs des académiciens du Goncourt !?

A rappeler que le prix Goncourt 2011, sera organisé et décerné, comme à l’accoutumée, au salon Goncourt, siège de l’Académie depuis 1914, sis au restaurant Drouant, Paris 2ème, le mercredi 2 novembre.

Hamid BOUZID

Publicités

Commentaires fermés sur Rentrée littéraire : qui aura le prix Goncourt 2011 ?

Classé dans Culture, France

Les commentaires sont fermés.