Exclusivité : entretien de l’Oeil de l’Exilé avec Pierre Henry, Directeur Général de France Terre d’Asile

« Dans le climat actuel qui règne en Europe, il faut que les humanistes reprennent l’offensive. Il faut faire la preuve que les gens qui s’expriment avec beaucoup de haines sans aucune retenus sont minoritaires dans notre pays. Et que ce qui est majoritaires c’est le désir de vivre ensemble, c’est le désir de la concorde, c’est le désir de la fraternité. Nous devons démontrer que nous sommes, rassemblés autour de ces valeurs de fraternité. »

L’œil de l’exilé : Pierre Henry, vous avez fait l’objet d’attaques par un certain nombre de sites proches de l’extrême droite. Vous avez porté plainte contre X .

Pierre Henry : Les sites proches de l’extrême droite se sont développés depuis plusieurs années, dans un climat de grande impunité. Il s’agit d’une stratégie tout à fait réfléchie de la part de l’extrême droite et des concepteurs de ces sites qui considèrent que le net est un vecteur très important de diffusion de leurs idées. Dans l’anonymat, les thématiques liées à l’immigration, à l’insécurité et leur lien supposé avec l’islam peuvent être repassées en boucle. L’un des concepteurs de ce site s’appelle Jean-Yves Legallou. Cet ancien élu du Front National (député européen) proche de Jean Marie Le Pen, ancien du Club de l’Horloge est l’un des concepteurs de cette réflexion.

Depuis plusieurs mois j’étais régulièrement attaqué sur ces sites, cela ne me gêne pas tant qu’on ne dépasse pas certaines limites. Et là, j’ai estimé que le contexte à la fois de haine, de xénophobie qui très fort en Europe, en France et la nature des menaces qui m’était adressée faisait que il y avait un coup d’arrêt à donner à ce type de propos finalement très lâches puisque ça se développe sous l’anonymat. Il y a un moment où, la haine sous l’anonymat ne peut pas être acceptable. C’est la raison pour laquelle j’ai déposé une plainte contre « X », parce que je ne connais pas les auteurs des infractions puisqu’ils utilisent des pseudos sur le net. Mais, je porte plainte également, évidement contre le site qui permet l’expression de tels propos sans à aucun moment chercher à les réguler et à les interdire.

L’œil de l’exilé : Vous parlez de stratégies bien réfléchies, alors que cherche ces personnes ?

Pierre Henry : Une extension de leur idéologie qui est faite à base de rejet de repli nationaliste, de rejet de l’autre, de négation de la différence, d’anti sémitisme de racisme. Ils considèrent le net comme un outil de propagation de leurs idées et il faut faire très attention lorsque l’on ne mène pas la bataille des idées, la bataille des mots et des représentations il est sûr alors qu’on court à la défaite. Dans le climat actuel qui règne en Europe, il faut que les humanistes reprennent l’offensive. Il faut faire la preuve que les gens qui s’expriment avec beaucoup de haines sans aucune retenus sont minoritaires dans notre pays. Et que ce qui est majoritaires c’est le désir de vivre ensemble, c’est le désir de la concorde, c’est le désir de la fraternité. Nous devons démontrer que nous sommes, rassemblés autour de ces valeurs de fraternité .

L’œil de l’exilé : Est-ce que c’est la première fois que France-Terre d’Asile est la cible des extrémistes ?

Pierre Henry : Ce n’est pas la première fois, mais peu importe. C’était une fois de trop.

L’œil de l’exilé : Quel constat faites vous sur la situation de l’immigration en France ?

Pierre Henry : Ecoutez, il y a autour de ces questions d’immigration beaucoup de stratégies politiciennes. Je rappelle que quatre-vingt-dix-sept pour cent de la population mondiale aspire à rester chez elle et que seul trois pour cent de la population mondiale soit deux cent millions de personnes franchissent une frontière de manière durable. Je dis cela parce qu’il me parait aussi important de lutter contre les mauvaises représentations. Les gens ont souvent en Europe l’impression que il y a une vague migratoire, une déferlante migratoire très importante. Il n’en est rien, ce phénomène est tout à fait mesuré, limité mais il n’empêche que cela peut poser un certain nombre de difficultés. Parce que l’accueil a été insuffisamment pensé. Parce qu’un certain nombre de migrants, en raison de déficit de politique d’accueil vont s’installer dans des zones qui sont parfois déjà défavorisées il peut y avoir un certain nombre de difficultés liées à l’emploi, liées au logement, liées à la formation de ghettos .Mais, nous devons aborder cela avec beaucoup de sérénité. Nous devons réfléchir à la meilleure façon de permettre la circulation entre les espaces régionaux. Nous devons faire en sorte que la question de l’asile soit protégée des autres questions migratoires.

L’œil de l’exilé : justement par rapport à l’asile, nous constatons qu’il y a un taux élevé de rejet de demande d’asile au niveau de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA). Est-ce que le droit d’asile est menacé en France ?

Pierre Henry : Ecoutez, je crois qu’il n’est pas nécessaire de crier à tout moment au loup .parce qu’au bout d’un moment quand le loup est vraiment là on y croit plus. Donc l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) à une politique extrêmement malthusienne, extrêmement restrictive en première instance. Je vous rappelle qu’il y a dans ce pays aussi une instance d’appel qui s’appelle la Cour nationale du droit d’asile(CNDA) et que les taux de reconnaissance en France par rapport à l’Europe nous situent dans une moyenne. Mais, La véritable question n’est pas là, elle est de savoir si aujourd’hui des demandeurs d’asile potentiels peuvent accéder à la procédure ? Est-ce qu’ils ont accès aux préfectures ? Est-ce qu’ils ont accès à un hébergement digne ? C’est cela le vrai sujet. Et du coup la réflexion que nous devons mener, est une réflexion de moyen terme. Comment peut-on faire en sorte que les procédures d’asile soient plus équitables pour demain ? Je pense qu’il y à travailler sur la durée de la procédure. Il est anormal selon moi, que les durées de procédures prennent aujourd’hui près de deux ans pour aboutir. Je pense qu’il faut réduire de façon drastique ces délais tout en conservant évidemment un système de droit de protection pour les demandeurs. Il faut évidemment réfléchir au rôle de l’OFPRA. Il n’est pas normal que dans notre pays l’instance de recours, année après année, donne plus de statuts que l’administration qui est chargée d’appliquer la politique d’asile. Et donc, à mon sens, il faut faire en sorte que l’OFPRA tienne le plus grand compte à l’avenir des jurisprudences dégagées par la cour nationale du droit d’asile. Voilà deux pistes de réflexion.

L’œil de l’exilé : Est ce que France terre d’asile aura son mot à dire au moment de la campagne présidentielle?

Pierre Henry : France terre d’asile est une organisation citoyenne, et donc elle a son mot à dire, non pas de manière partisane, politicienne ça n’aurait aucun sens .Mais par contre, nous savons les valeurs que nous portons, et donc en terme de philosophies politiques évidemment nous serons très attentifs à soutenir toute proposition qui va dans le sens d’un humanisme et de l’universalisme, de la promotion de l’égalité, la concorde et du « vivre ensemble. Voilà ce que nous allons faire, ce à quoi nous allons veiller dans cette campagne. Ce n’est pas une approche politicienne ou partisane au sens classique du terme, non c’est une question de philosophie politique et de morale.

L’œil de l’exilé : Dernière question, est-ce que France Terre d’Asile tiendra longtemps à cause de tout ce qu’on connait aujourd’hui dans le monde ?

Pierre Henry : C’est une question un peu brutale. Peut-on imaginer que la France tourne le dos durablement à sa tradition d’asile ? Je ne le pense pas. Vous posez une autre question et vous suggérez que les difficultés budgétaires que rencontre notre pays comme la plus part des pays de la zone Euro et, au-delà, des pays de l’OCDE pourraient avoir des conséquences sur notre existence même ? Nous n’en sommes pas là. Même si évidemment nous remarquons chaque jour, que le secteur de la solidarité est fortement impacté et remis en cause par un certain nombre de politiques libérales et néo conservatrices. Ça oui, nous le remarquons et bien c’est sans doute un des enjeux aussi de la présidentielle. Il faut savoir ce que nous voulons ensemble. Je pense que la solidarité dans un système maitrisé est absolument indispensable pour le vivre ensemble et que de cette solidarité qui est au cœur de la République dépend notre fraternité commune.

Propos recueillis par Bangaly Toure et Martina Castigliani

Publicités

Commentaires fermés sur Exclusivité : entretien de l’Oeil de l’Exilé avec Pierre Henry, Directeur Général de France Terre d’Asile

Classé dans France, Société

Les commentaires sont fermés.