Les Mauritaniens de Paris en colère

A l’instar de leurs compatriotes des grandes villes du monde, les mauritaniens de Paris se sont mobilisés contre l’opération d’enrôlement des populations actuellement en cours dans leur pays.

Selon le gouvernement mauritanien, l’opération en question a pour objet la sécurisation de l’état civil national avec l’adoption de documents biométriques. Mais une partie de la population mauritanienne affiche son opposition à cette opération. Selon les organisations mauritaniennes des droits de l’homme et certains partis politique locaux, l’opération a été conçue pour remettre en cause la nationalité de certains mauritaniens, notamment les populations negro-mauritaniennes.

C’est dans ce cadre que les mauritaniens de Paris ont organisé une conférence le samedi 23 juillet à la Bourse du travail du 12e arrondissement de Paris, suivie d’une marche le lendemain, de la Place Trocadéro à l’ambassade de Mauritanie, au 5 rue Montévidéo dans le 16e arrondissement de Paris. Au cours de la conférence, le collectif ‘’Touche pas à ma Nationalité ‘’ qui regroupe plusieurs organisations mauritaniennes des droits de l’homme en exil et certains partis politique, a expliqué au public venu nombreux, les enjeux de l’opération d’enrôlement dans leur pays et dénoncé les tentatives d’exclusion de filles et fils du pays. Bâ Hamedine, représentant de l’Union des Forces du Progrès a expliqué que des questions ‘’spécifiques et inacceptables étaient posées aux populations négro-mauritaniennes par les agents chargés de l’enrôlement.’’

Selon lui, il leur est demandé de ‘’réciter des versets du Coran’’, ou de ‘’parler hassaniya’’ (dialecte arabe local) pour ‘’valider’’ leur nationalité mauritanienne. Selon Abou Tagourla, porte parole de l’Association des Haratines de Mauritanie en Europe, la communauté haratine (esclaves et descendants d’esclaves) est elle aussi victime de cette opération qui fait couler beaucoup d’encre. M. Tagourla a expliqué dans sa conférence que la Mauritanie d’aujourd’hui compte 600 000 esclaves. ‘’Des gens qui ne disposent pas de papiers d’état civil et qui n’arrivent pas à se faire recenser.’’ Il dira aussi que les descendants d’esclaves et les affranchis sont enregistrés comme arabes, ce qui est une violation de leur identité propre.

Au cours de la marche qui a rassemblé environ 500 personnes, les mauritaniens de Paris ont crié leur ras-le-bol sous les fenêtres de leur Ambassade à Paris, avec des slogans comme ‘’ne touche pas à ma nationalité’’, ‘’je suis noir et mauritanien’’ ou encore ‘’Aziz dégage’’.

La Mauritanie fait face à des tensions communautaires entre les arabo-berbères et les negro-mauritaniens depuis plusieurs décennies. En 1989, après un conflit avec le Sénégal voisin, le gouvernement mauritanien déporte des milliers de negro-mauritaniens vers le Sénégal. S’en suivra des arrestations et des disparations toujours au niveau des populations noires de ce pays de l’Afrique de l’Ouest. Pour beaucoup, l’opération d’enrôlement des populations encours est une nouvelle machine de répression et d’exclusion.

A.T.

Publicités

Commentaires fermés sur Les Mauritaniens de Paris en colère

Classé dans France, International

Les commentaires sont fermés.