Le Yémen dans la tourmente

À peine un an après l’éradication de la rébellion Houthie au Nord du pays, provoquant la mort de 6000 personnes environ, le Yémen se retrouve, à nouveau en crise. Des milliers de manifestants maintiennent la pression depuis la fin du mois de février. Ils réclament le départ du président Ali Abdullah Saleh, au pouvoir depuis plus de 32 ans. Manifestement, les révolutions tunisienne et égyptienne inspirent le reste du monde arabe.

Le sursaut démocratique ou plutôt la réappropriation de la démocratie par le peuple se propage d’un pays à un autre. Et les yéménites suivent le mouvement. Ils veulent désormais, prendre les choses en main et balayer les figurants de la dictature qui ont réussi, au cours des trois dernières décennies, à instaurer la soumission.

Comme dans d’autres régions du monde arabe, Internet a facilité les rassemblements, c’est le cas du Yémen. Des appels à des manifestations et des messages de soutien à un soulèvement populaire ont envahi les réseaux sociaux au début du mois de février. La rage et le ras-le-bol massif ont complété le menu. L’état des Droits de l’Homme dans le pays est très alarmant (selon l’organisation Human Rights Watch). La torture et les condamnations sans procès sont encore appliquées. Un climat explosif avec la situation socio-économique précaire dans laquelle baigne la majorité de la population (environ 21 millions d’habitants).

Semblable à la place « Tahrir » du Caire, la place du « Changement » dans la capitale Sanaa est devenue l’épicentre et le carrefour du mouvement contestataire, mené principalement par des jeunes militants.

C’est là que les manifestants tiennent leurs réunions quotidiennes, tracent leurs plans et griffonnent leurs pancartes et leurs banderoles. C’est aussi là qu’ils se sont opposés à la provocation des pro-Abdullah Saleh et à la répression de la police qui, en réagissant violemment a tué plus de 52 personnes par tirs, le vendredi 18 mars dernier. Un massacre qui a, encore plus, aggravé la situation et suscité des réactions de toutes parts. Certains dirigeants politiques et militaires sont même allés jusqu’à rejoindre l’opposition et soutenir les jeunes contestataires.

Le lendemain du massacre, des dizaines d’officiers ont annoncé leur ralliement en masse à la contestation contre le Président et des chars ont été déployés à des endroits stratégiques de Sanaa. Les ambassadeurs du Yémen en Arabie Saoudite et au Koweït se sont aussi joints au mouvement.

« J’annonce mon soutien à la révolution des jeunes et au changement au Yémen » déclare l’ambassadeur en Arabie Saoudite : Mohammad Ali al-Ahwal. L’ambassadeur yéménite au Koweït, Khaled Rajeh Cheikh annonce pour sa part dans un communiqué qu’en raison « des pratiques sanglantes à l’égard des protestataires », son ralliement « à la révolte des jeunes » pour soutenir leurs revendications.

Le principal chef tribal : cheikh Sadek al-Ahmar, a demandé au président Saleh de se retirer, joignant sa voix à celles de dignitaires traditionnels et religieux, dont le rôle est déterminant dans le pays.

Le Président Ali Abdullah Saleh ne trouve aucun moyen pour apaiser la pression populaire. Il décrète, contre le gré de la majorité des députés, l’Etat d’urgence (164 ont voté pour, dans un parlement comptant 301 députés), accusant les groupes d’opposition de mener le pays à une guerre civile.

De son coté, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, avait souligné que l’instabilité au Yémen pouvait entraîner un relâchement de la lutte contre Al-Qaïda dans un pays considéré comme un des plus importants foyers des activistes islamistes.

Saïd Khatibi

Publicités

Commentaires fermés sur Le Yémen dans la tourmente

Classé dans International

Les commentaires sont fermés.