Changement climatique et patrimoine mondial

Deux jours de table ronde pour une réponse claire face à la dégradation des valeurs universelles de l’Humanité. Organisée par les étudiants de Masters de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, en partenariat avec l’UNESCO, des experts et spécialistes de l’environnement se sont donnés rendez-vous au Palais de la découverte les 7 et 8 Avril 2011 pour faire l’état des lieux de notre patrimoine culturel.

Autour des thématiques comme l’impact du changement climatique, les stratégies et moyens mis en œuvre ou encore la médiation et la sensibilisation des publics aux conséquences du changement climatique, les différents experts invités ont débattu.

Malgré une faible participation, les experts invités se sont efforcés à démontrer les multiples dangers qu’encourent les 704 sites classés comme patrimoine culturel mondial. « Le recul de 30% du glacier du pôle Nord des cent dernières années, auront un impact sur notre environnement, d’après une projection d’ici 2100 » soutient Marc Patry. Pour ce spécialiste du programme unité des projets spéciaux au centre du patrimoine de l’UNESCO, le danger est une réalité, n’en déplaise aux détracteurs de la théorie du changement climatique.

L’impact est d’ailleurs direct sur les activités génératrices de revenus telles que le tourisme, l’agriculture, l’énergie et surtout la source de vie indispensable pour tous : l’eau.

Ce changement devrait atteindre dans un bref délai les structures fragiles comme les matériaux de dilatation et cristallines de sels solubles de certains patrimoines culturels.

L’invasion par l’eau salée et cristallisation des sels sont catastrophiques pour les bâtiments. La ville de Venise, en Italie est un exemple éloquent. Cette ville de bonheur sera dans les jours à venir le malheur de l’Humanité. La faute au changement climatique. Le niveau de l’eau de cette ville ne cesse d’augmenter. Cette remonté des eaux est flagrante quand on compare les différents tableaux peints au 18ème siècle, aux actuelles photographies de la ville.

Sans tirer la sonnette d’alarme, il faut tout de même réagir face au défi à venir. Une action qui peut s’exprimer par une adaptation aux lois de la nature pour limiter l’ampleur du réchauffement climatique. Pour cela l’accent a été mis sur les politiques. Si certains osent soutenir que l’Homme n’est pas responsable du changement climatique, il faut favoriser les recherches, mettre des dispositifs de sécurités sur les structures anciennes que constituent la plus part des patrimoines culturels. Tout cela, au nom du principe de précaution.

Une autre alternative, serait d’introduire les modèles climatiques sur l’évolution générale dans l’enseignement. Pour ses actions, les medias et des artistes sont mis en avant dans le processus de mise en garde de l’opinion, pour comprendre ce qui ne marche pas.

Ces travaux, les premiers de ce genre, s’intéressent sur le patrimoine culturel de l’Humanité, d’après les spécialistes de l’environnement. Le début d’un processus sans doute entamé tardivement, mais la mission est encore réalisable.

Bangaly Touré

Publicités

Commentaires fermés sur Changement climatique et patrimoine mondial

Classé dans International, Société

Les commentaires sont fermés.