Aimé Césaire au Panthéon !

Plus qu’un homme politique, le poète martiniquais mort le 17 avril 2008 à l’âge de 94 ans, a marqué les esprits. Près d’un millier de personnes se sont rassemblées à 17h mercredi, au Panthéon pour rendre hommage à cet intellectuel devenu une légende.

Il est des hommes qui inspirent ce monde, Aimé Césaire en fait partie. Pendant la cérémonie nationale, le Président Nicolas Sarkozy a encensé « le combattant inlassable de la cause martiniquaise et de la négritude ». Un concept profondément humaniste, le combat d’une vie.

« Il rejetait l’assimilation quand elle se confondait avec ce qu’il appelait un génocide culturel. Comment ne pas l’entendre aujourd’hui ? ajoute le chef de l’Etat. Un discours quelque peu étonnant au vu des relations parfois tendues entre le poète et le Président.

Une lycéenne martiniquaise lit un de ses poèmes, un court documentaire sur sa vie, signé Euzhan Palcy est diffusé. L’émotion est palpable. Difficile de nier l’apport d’Aimé Césaire à la France, ses productions, sa culture, resteront dans l’Histoire. Il demeure l’une des figures mythiques des Antilles françaises.

En toute humilité, il avait pris soin d’exiger d’être enterré en Martinique où il est né. Une manière d’anticiper sur la « menace de panthéonisation » qui pesait sur lui. Qu’importe, pour l’honorer, une fresque impressionnante avec des portraits de quatre périodes de la vie du poète sera installée au cœur du Panthéon. Ainsi, il est élevé au rang de « grand homme » et la patrie lui en est reconnaissante. De là où il se trouve, il doit sûrement bavarder avec Victor Schoelcher, à l’origine de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises en 1848 et lui-même repose au Panthéon.

Une cérémonie émouvante qui traverse les écrans géants placés sur la façade extérieure du Panthéon, pour toucher les spectateurs. Les téléspectateurs eux aussi ont pu ressentir l’ambiance grâce à une retransmission en direct sur France O bien sûr et aussi sur France 2. Pour autant, aucun expert sur les plateaux, tant les mots sont approximatifs. A qui la faute ? Ce ne sont pas les spécialistes et autres chercheurs en sciences humaines n’existent pas…

 

Le parcours exemplaire d’Aimé Césaire inspire le respect. Après ses études au lycée Louis Le Grand, il intègre l’Ecole normale supérieure. Au travers de cet hommage, on devine l’importance de l’enjeu : rappeler à tous que les Antillais sont des Français comme les autres. Pour la ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, il s’agit « d’un geste fort pour les Outre-mer, pour la France ». Plutôt que son combat contre le colonialisme, on préfère évoquer sa lutte contre le racisme et l’esclavagisme. C’est moins polémique. Soit, mais alors à quand l’annonce de la création d’un musée de l’esclavage, histoire de ne jamais oublier ?

Aimé Césaire, nous laisse ses œuvres et un exemple à suivre pour briser les préjugés et éveiller les consciences. Le plus difficile étant de ne pas ressentir de pression tant le niveau est élevé.

Malika Khobeizi, reportage-photo de Séférina Serani.

Publicités

Commentaires fermés sur Aimé Césaire au Panthéon !

Classé dans Culture, France

Les commentaires sont fermés.