Ange-Félix Patassé tire sa révérence

L’ancien Président centrafricain, Ange-Félix Patassé, s’est éteint à l’âge de 74 ans, mardi 5 avril, dans un hôpital de Douala, au Cameroun. Selon Guy Simplice Kodégué, son porte-parole, l’homme politique défunt a été emporté par une  » fièvre typhoïde et un diabète ».

Après 10 ans passés au pouvoir en Centrafrique entre 1993 et 2003, Ange-Félix Patassé est renversé par un coup d’état lancé par l’actuel Président François Bozizé. Cette situation l’a poussé à prendre le chemin de l’exil. C’est le Togo qui accepte de le protéger en lui offrant l’asile politique durant de plusieurs années.

Retour au bercail !

Quel vécu ! Après un exil marqué par une condamnation par contumace par la Cour criminelle de Bangui, en 2006, Ange-Félix Patassé est menacé de faire 20 ans de travaux forcés pour un détournement de 70 milliards de francs CFA. Rentré au pays en 2010, l’ancien Président n’a alors qu’un objectif : reconquérir le pouvoir à travers l’élection présidentielle de janvier 2011.

Malheureusement pour l’ancien « Maître de Bangui », l’espoir a vite tourné à la déception. A l’issue du scrutin largement remporté par le Président sortant François Bozizé, Patassé doit se contenter d’un peu plus de 21% (21, 41% plus précisément). Un résultat peu comparable à la réussite du vainqueur avec plus de 64 % des voix (64, 37 %). Ce vainqueur n’est autre que son tombeur en 2003.

« Un scrutin entaché de fraudes et d’irrégularités »

Au lendemain de la proclamation des résultats, Ange-Félix Patassé monte aussitôt au créneau pour crier aux fraudes et dénoncer ce qui est à ses yeux un « hold up » électoral.

Accompagné de deux autres candidats malheureux, l’ancien Président met alors en place une plate-forme de l’opposition dénommée le Front pour l’annulation et la reprise des élections, soit le FARE.

C’est donc dans ce contexte tendu que l’ancien Président centrafricain a rendu l’âme.

Sous le règne de l’ancien « dictateur » Jean Bodel Bokassa, Ange-Félix Patassé est nommé ministre à plusieurs reprises. De 1966 à 1975, il occupe tour à tour les portefeuilles ministériels du développement rural, du tourisme et celui de l’eau, du bois, de la chasse ou encore de la pêche. Et pour finir en beauté dans l’administration Bokassa, Ange-Félix Patassé fut Premier ministre, Chef du gouvernement de 1976 à 1978.

Ange-Félix Patassé, qu’il soit apprécié ou non, fait partie de ceux dont le parcours marque définitivement l’Histoire.

Mamadou Saliou Diallo

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans International

Les commentaires sont fermés.