« Qu’ils s’en aillent tous, vite la révolution citoyenne »

Tel est le titre du nouveau livre de Jean-Luc Mélenchon. A travers cet appel à l’action, la tenue d’ici un an de l’élection présidentielle se fait davantage sentir… Le président du Parti de Gauche connu entre autres pour son franc-parler face aux journalistes a présenté son ouvrage à la presse dans les locaux du Cape (le centre d’accueil de la presse étrangère à Paris).

L’occasion est toute trouvée pour passer en revue les sujets les plus brûlants de l’actualité et de faire honneur à sa réputation de tribun.

Les faits les plus marquants sont évoqués : du printemps arabe avec la défaite des deux présidents : Zine el-Abidine Ben Ali et Hosni Moubarak, respectivement anciens chefs des états tunisiens et égyptiens, jusqu’à l’épineuse question de l’immigration. Sans oublier le débat sur la place de l’Islam en France ou encore la gestion du pays par Nicolas Sarkozy.

Quant à son analyse de la crise libyenne, il réaffirme pour ceux qui en douteraient que « les vraies révolutions viennent du peuple […et non…] de l’étranger ». Une façon de faire allusion à la présence des troupes américaines au large de la Libye. Pour autant, cela n’empêche pas Jean-Luc Mélenchon d’affirmer ouvertement son opposition à une éventuelle intervention militaire des Etats- Unis pour déloger le dictateur libyen Mouammar Khadafi.

Derrière la volonté en apparence, de Washington, de venir en aide aux Libyens, pour les guider vers la démocratie, se cache l’intention de dominer les immenses ressources pétrolières de ce pays du Maghreb.

Pour illustrer sa position, Jean-Luc Mélenchon revient sur la désastreuse invasion américaine en Iraq au début des années 2000. Une invasion qui n’a servi « à rien » soutient-il.

« Les Américains ont voulu exporter, disaient-ils, la démocratie et la liberté en Irak. Malheureusement, ils n’ont fait que martyriser le peuple irakien et détruire Babylone, un patrimoine commun de l’humanité par une épouvantable guerre civile. Si les Américains se hasardent à intervenir militairement en Libye, ils donneraient sans doute un second souffle à Monsieur Khadafi » conclut-il devant les journalistes attentifs.

Pour ce qui est de la France, l’auteur de « Qu’ils s’en aillent tous, vite la révolution citoyenne » fustige la politique du Président Nicolas Sarkozy et de son équipe. Jean- Luc Mélenchon laisse entendre que l’actuel locataire de l’Elysée n’est pas à la hauteur.

Un échange qui se termine par un appel aux autorités françaises à faire preuve de responsabilité et d’humanisme à propos de l’immigration. Pas sûr que le Pouvoir l’entende, ne serait-ce que d’une oreille.

Mamadou Saliou Diallo, journaliste guinéen

« Qu’ils s’en aillent tous, vite la révolution citoyenne » de Jean-Luc Mélenchon, édition Flammarion, 10 euros.

Publicités

Commentaires fermés sur « Qu’ils s’en aillent tous, vite la révolution citoyenne »

Classé dans France

Les commentaires sont fermés.