Saga Africa au Stade de France le 11 juin 2011

Le plus grand plateau d’artistes musiciens jamais réunis en France va faire vibrer l’imposant complexe sportif de Seine-Saint-Denis aux sons et aux couleurs d’Afrique.

Avec sa capacité de 67.000 places, le temple du sport français offre samedi 11 juin 2011, le plus grand plateau d’artistes africains jamais organisé en Hexagone. Alpha Blondy, Manu Dibango, Meywey, Fally Ipupa, Werra Son, Mokobé, Oumou Sangaré, Magic System, Passy….du costaud, rien que du beau monde !

La Nuit africaine, c’est 17 figures incontournables de la scène musicale africaine de ces trente dernières années accompagnées par leurs propres groupes pour une production live. Au total, pas moins de 150 artistes pour un spectacle de 5 heures non-stop. Au-delà du talent confirmé de tous ces artistes, il y a lieu de noter le caractère « trans-générationnel » de cette programmation. Comme l’a relevé Asalfo, leader du groupe ivoirien Magic System à la conférence de presse du 18 janvier dernier au Stade de France. Aux côtés de Manu Dibango et Alpha Blondy, Asalfo s’est ému de constater que cet événement lui donne l’occasion de partager l’affiche avec des artistes qu’il adorait voir à la télé et écouter à la radio, alors qu’il était tout gamin dans la banlieue d’Abidjan. La Nuit Africaine, pour certains fans, est aussi le passage de témoin entre cette génération qui n’a plus rien à prouver et celle montante, dont les figures emblématiques se déclinent aujourd’hui en Fally Ipupa, Mokobé, Werrason, Magic System, ou le jeune franco-congolais qui ne cesse de monter : Jessy Matador, représentant de la France au dernier concours de l’Eurovision.

La plupart de grosses pointures qui se produisent ce jour là ont déjà chanté dans de prestigieuses salles. Que ce soit en Afrique, en Europe, aux USA ou ailleurs. Mais pour la plupart, ce sera leur première représentation devant un public aussi nombreux et hétéroclite. C’est aussi l’occasion de découvrir des sensations nouvelles qu’offre une scène de 70 mètres d’ouverture avec vidéos et effets spéciaux. 65.000 spectateurs viendront communier avec les artistes pour recréer toute la chaleur, la force et la diversité de la musique africaine. Avant le spectacle, de 18 heures jusqu’à 22 heures, le public vivra déjà un petit air d’Afrique sur le parvis du Stade de France qui sera décoré pour l’occasion, aux couleurs du continent premier. Car, la Nuit Africaine n’est pas un simple spectacle.

Bien plus qu’un concert

En effet, le Stade de France entretient un lien historique avec l’Afrique. Depuis son ouverture en 1999 avec le sacre de la France « Blacks-Blancs-Beurs » au Mondial de football jusqu’à ce jour, cette enceinte a vu triompher nombre d’athlètes africains ou d’origine africaine dans plusieurs disciplines.

Situé à Saint-Denis, la « commune monde » par excellence de l’Ile de France, ce stade s’est positionné comme un haut lieu des sports et de la culture dans sa diversité.

Sa politique culturelle ouverte à tous les horizons ne s’est jamais démentie avec l’organisation des spectacles comme la Nuit Celtique, Urban Peace, Unighted et la Nuit Créole en 2010.

Pour Jean-Christophe Gilleta, Directeur de StadedeFrance Live Events et producteur de la soirée, « c’est l’aboutissement de 4 ans de travail. « L’idée germe depuis 2008, on était à la recherche d’une thématique ». Entre le Mbalax sénégalais, le Coupé Décalé ivoirien, la Rumba et le Ndombolo congolais, ou encore sa version afro-parisienne du Décalé-Guada,- l’Afrique, c’est mille chansons et mille danses – il n’était pas facile de trouver un dénominateur commun à toute cette créativité africaine… Alors, tout simplement, on se dit : « il va y avoir de l’ambiance au Stade de France ».

Léon KHAROMON

Publicités

Commentaires fermés sur Saga Africa au Stade de France le 11 juin 2011

Classé dans Culture, France, International

Les commentaires sont fermés.